RECONNAITRE, PREVENIR ET LUTTER NATURELLEMENT CONTRE LES PUCERONS

Les pucerons ou poux sont un peu la terreur du jardinier, et leur apparition nous prend souvent au dépourvu ! Il est donc important de savoir les reconnaitre et les observer pour protéger nos plantes au mieux, en fonction de chaque situation. Quelles sont les meilleures méthodes pour prévenir leur apparition ? Faut-il réellement s’inquiéter d’une apparition de pucerons ? Quelles sont les différentes espèces de pucerons ? Comment lutter contre les pucerons lorsqu’ils sont déjà bien installés ? Nos coachs ont réalisé un dossier complet sur ces petits insectes que l’on préfère voir le moins possible au jardin. 

RECONNAITRE, PREVENIR ET LUTTER NATURELLEMENT CONTRE LES PUCERONS

Comment repérer les pucerons ?

Les pucerons sont souvent visibles au printemps, agglomérés sur les jeunes pousses encore tendres de nos plantes. Ils sont plus faciles à repérer lorsqu’ils sont noirs, bruns ou jaunes, mais plus discrets quand ils sont verts ou blanc-vert.

 

La présence de miellat collant sur les feuilles et la tige d’une plante est aussi un bon indicateur de la présence de pucerons, cochenilles ou aleurodes (mouches blanches). Pour les repérer, observez particulièrement la tige et le dessus et dessous des feuilles. Le miellat accroche aussi les débris de fleurs, de végétaux et les pucerons morts qui deviennent blancs en général.

Une fourmi avec des pucerons

Fourmi élevant des pucerons de la fève

Suivez la fourmi ! La présence de fourmis stationnant pour certaines sur une plante, allant et venant pour d’autres le long d’un tronc ou d’une tige, trahit bien souvent la présence de pucerons sur les parties vertes et tendres de la plante. Les fourmis peuvent aussi vous mener à des cochenilles dans certains cas.

Il faut savoir que certaines fourmis élèvent littéralement des pucerons comme un troupeau et récoltent le miellat riche en sucres et acides aminés en frottant leur corps avec leurs antennes ! Cette coévolution s’est effectuée sur des millions d’années, pour aboutir à un système gagnant-gagnant entre ces insectes : les fourmis défendent les pucerons et éliminent la plupart du miellat excédentaire qui n’est autre que leurs excréments. Sans cette récolte, la plante serait vite couverte de miellat puis de champignons rendant la vie du puceron impossible sur cette plante. A un stade avancé, le miellat qui s’accumule en excès peut en effet former une pellicule noire sur la plante (le fameux champignon appelé fumagine), empêchant peu à peu les pucerons de s’alimenter, et la plante de réaliser une bonne photosynthèse.

Repérez la coccinelle ! La coccinelle est friande de pucerons, et sa larve noire et orangée est encore plus gourmande ! Mais elles ne sont pas les seules : les larves de chrysopes ou lion des pucerons, les syrphes, les cécidomyies, et les guêpes parasitoïdes participent activement aux festins de pucerons, tout comme les mésanges.

 

Les différentes espèces de pucerons

Il existe environ 4700 espèces de pucerons connues, dont environ 900 qui peuvent être présentes en Europe, et 400 dans les cultures et les jardins.

Parmi les plus répandus, on trouve :

- Le puceron vert du rosier : peut-être le plus célèbre ! Visible dès mars ou avril, souvent un peu avant les insectes auxiliaires, il est à surveiller de près.

- Le puceron vert du pêcher : on le trouve sur les pêchers bien sûr, mais aussi sur d’autres Prunus comme l’abricotier ou le prunier, sur les chicorées, laitues, poivrons, tomates, piments, aubergines, pommes de terre, carotte, épinard, bégonias, fuchsias, œillets, tulipes, etc. Le puceron vert du pêcher est aussi attiré par le choux, le colza, mais la moutarde noire a tendance à le repousser.

- Le puceron noir du cerisier : il entraine un enroulement partiel et une déformation des feuilles du cerisier. Ces pucerons finissent leur cycle sur des hôtes secondaires comme les aspérules, véroniques et gaillet, qu’il est déconseillé de cultiver à proximité du cerisier.

- Le puceron noir de la fève : il peut également se trouver sur l’artichaut, la betterave, les carottes, haricots, pommes de terre, capucines, fusain, Viburnum opulus, Philadelphus, etc.

- Le puceron cendré du choux : de couleur vert poudré de blanc, il se rencontre également sur le colza, les radis, la moutarde, le brocoli, etc.

- Le puceron jaune à vert du melon : Cette espèce de puceron est courant sous serre sur les agrumes, les courges, courgettes, pommes de terre, poivrons, piments, aubergines, ainsi que sur les mauves et les Hibiscus.

- Le puceron vert et rose des pommes de terre : il est en fait plus souvent présent sur le concombre, les choux, betteraves, la laitue, les bulbes comme les dahlias, freesias ou glaïeuls, les pois de senteur, roses trémières, soucis, etc.

- Sur les pommiers, il est possible de croiser le puceron cendré du pommier, ou le redoutable puceron lanigère, qui produit des amas cotonneux blanchâtres.

Il existe aussi de nombreux pucerons spécifiques à une espèce de plante, comme le puceron du framboisier, du sureau, de la carotte ou du géranium des balcons ou Pelargonium. Difficile de tous les lister !

Pucerons verts et noirs

Pucerons verts du rosier et pucerons sur capucine

J’ai des pucerons dans mon jardin : est-ce grave ?

La présence de pucerons au jardin est tout à fait naturelle, et pas particulièrement inquiétante. Elle peut même, dans certains cas, favoriser l’apparition précoce d’insectes auxiliaires capable de manger les pucerons et protéger ainsi vos plantations. C’est le cas du puceron du sureau qui apparaît tôt en saison. Inutile donc d’effectuer une éradication systématique du puceron avec des insecticides, au risque de bouleverser l’équilibre naturel de votre jardin, et de tuer aussi les insectes auxiliaires présents pour vous aider.

D’ailleurs, la plupart des plantes résistent bien à la présence de pucerons à partir du moment où elles ne sont pas en grande partie recouvertes d’insectes. En effet, si la plante est infestée, c’est à ce moment qu’il faut agir pour l’aider à survivre.

C’est au printemps qu’il faut être particulièrement vigilant envers les petites plantes et les jeunes plantations qui sont plus fragiles et plus tendres. Par la suite, les tiges durcissent et deviennent moins appétissantes pour les pucerons, sauf peut-être sous serre lors de plantations tardives, ou en cas de plantes trop nourries en azote qui produisent de grandes pousses bien tendres.

Coccinelle avec puceron
Larve de coccinelle

Larve de coccinelle

Comment prévenir les invasions de pucerons

Pour prévenir l’apparition de puceron, voici quelques actions simples à mener :

 

  • Essayez d’abord de repérer la présence éventuelle d’insectes auxiliaires qui pourraient en faire leur repas : les coccinelles, syrphes, chrysopes et leurs larves, les guêpes parasitoïdes comme expliqué précédemment. Dans un premier temps, leur présence peut suffire.

 

  • Plantez des plantes réputées répulsives à côté de vos plantes sensibles aux pucerons ou jeunes plantations. La rue fétide ou Ruta graveolens, l’absinthe et dans une certaine mesure l’œillet d’Inde, la lavande, l’origan, le thym, la sarriette, la menthe, l’aneth, le Tulbaghia à forte odeur d’ail, vous aideront à repousser les pucerons. Les variétés vigoureuses de capucines attirent également les pucerons sans trop pâtir de leur présence, ainsi que les insectes auxiliaires qui protègeront vos cultures par la suite.

 

  • Ménagez une zone sauvage dans votre jardin :

Garder une ou plusieurs zones avec des herbes hautes fauchées seulement en fin d’été ou à l’automne, des tas de bois, des haies champêtres… favorise la présence d’une grande biodiversité et donc d’insectes auxiliaires gourmands en pucerons.

 

  • Posez des bandes de glue autour des troncs d’arbres :

Utile sur le tronc des arbres sensibles aux pucerons comme les pêcher ou cerisiers, la glue arboricole est disponible en jardinerie ou magasins spécialisés. Elle doit être appliquée en large bande d’au moins 10-20 cm tout autour du tronc avant l’arrivée des fourmis et pucerons dès le mois de mars. Pensez aussi à dégager la base de l’arbre des herbes hautes qui sont autant de ponts pour les fourmis. Il est conseillé de renouveler le badigeon toutes les 2 à 3 semaines.

Comment lutter contre les pucerons lorsqu’ils sont peu… ou trop nombreux.

 

Qu’ils aient investi tout ou partie de vos plantes, il existe des solutions adaptées à chaque situation pour faire fuir les pucerons :

 

  • Asperger la plante d’eau : En traitement curatif une fois les pucerons visibles, l’une des solutions est d’asperger la plante à grande eau pour déloger la plupart des petites bêtes. Cette action simple est généralement efficace et peut éviter un traitement ultérieur, surtout si on renouvelle l’opération.
  • Utiliser du purin d’ortie

L’une des solutions naturelles pour traiter les pucerons lorsqu’ils sont encore peu nombreux est d’utiliser un extrait fermenté ou purin d’ortie (acheté dans le commerce ou fait maison) à diluer à 5% dans de l’eau douce, soit 5cl de purin pour un litre d’eau, et de pulvériser ce mélange sur la plante, sans oublier le dessous des feuilles.

 

Cet extrait odorant, une fois pulvérisé, a le pouvoir de leurrer les pucerons et donc de les désorienter, mais aussi d’activer les défenses naturelles de la plante, de favoriser l’activité biologique dans la sphère de la plante, y compris dans le sol et d’apporter des minéraux, ce qui contribue à une meilleure nutrition et une résistance accrue.

Ortie

Recette du purin d'ortie

Pour faire un purin d’ortie maison :

  • Plongez environ 1 kg de pousses d’ortie récoltées avec des gants dans 10 l d’eau douce comme l’eau de pluie.
  • Tournez quelques minutes dans un sens puis dans l’autre.
  • Laissez macérer en mettant un couvercle, dans un lieu ombragé pas trop chaud. Le mélange va peu à peu faire des bulles, puis mousser.
  • Quand la mousse devient plus fine, la macération est prête à être filtrée et mise en bidons.
  • Vous pourrez la conserver à l’obscurité dans un lieu pas trop chaud pendant environ 8 à 10 mois ou l’utiliser aussitôt, diluée à 10% en arrosage sur le sol ou pulvérisée en dilution à 5%.
Pulvériser le mélange sur les plantes

Un pulvérisateur propre est parfait pour appliquer une solution d'origine naturelle

 

En cas d’infestation de pucerons, et pour le cas où votre plante semble en danger, lorsqu'il n'y a pas du tout de coccinelles et autres auxiliaires, voici les solutions possibles :

 

  • Vaporisez un mélange de savon noir, huile et alcool sur vos plantes et renouvelez le traitement toutes les 3 semaines si nécessaire, en surveillant les possibles générations successives de pucerons.

 

La recette

Mélangez à un litre d’eau douce tiède 2 cuillères à soupe de savon noir, une cuillère à soupe d’huile de colza et une cuillère à café d’alcool à 70°. Agitez énergiquement et pulvérisez sur vos plantes.

 

  • Ne traitez qu’en dernier recours et en cas de surpopulation flagrante de pucerons sur une plante affaiblie, de préférence avec un purin. Les insecticides même naturels ont tendance à tuer même les bons insectes, alliés du jardinier et de la plante.

 

  • Evitez les engrais trop riches en azote ou apportés en excès car favorisent l’apparition de pousses tendres très appétissantes… pour les pucerons !

N’oubliez pas de stopper vos traitements une fois les populations de pucerons réduites ou localisées à quelques petits endroits, et lorsque votre plante est devenue grande et vigoureuse : dans ce cas, ce ne sont désormais pas quelques pucerons qui devraient vous effrayer ! 😉

Des dessins uniques

Des dessins uniques pour transmettre notre passion

À la manière de la séquence phare de l’émission, notre coach paysagiste met en dessin vos projets et notre savoir-faire.

Une marque célèbre

Une collaboration unique pour une ambition partagée

Avec la collaboration de France 5, de Stéphane Marie et de l’émission, l’histoire des plantes SILENCE, ça pousse ! a commencé en 2016. Cette rencontre est née d’une volonté commune : partager nos savoirs et rendre accessibles et ludiques les conseils de jardinage les plus pointus.

Producteurs de végétaux francais

Des producteurs reconnus sur le marché du végétal

Un groupe de PME familiales et coopératives, spécialisées dans le végétal, a uni ses compétences pour élaborer les produits de la marque SILENCE ça pousse! et vous accompagner pour plus de nature dans votre quotidien.

Notre expérience du coaching

Un accompagnement personnalisé

Nos articles, nos conseils, nos produits et bien sûr notre coach, vous accompagnent pour répondre à toutes vos questions et vous aider à passer à l'action.

Notre coach vous répond gratuitement Notre coach vous répond gratuitement
Notre coach vous répond
gratuitement